Forêt Diplomatique... tangéroise

Ver el tema anterior Ver el tema siguiente Ir abajo

Forêt Diplomatique... tangéroise

Mensaje por Admin el Dom 22 Ago - 12:43

IMMOBILIER DEVASTATEUR DE LA NATURE:

L’agonie de la forêt diplomatique se poursuit

La forêt diplomatique de Tanger, ou ce qu’il en reste, est à la merci des excavatrices de ces ogres exterminateurs de la nature, sans aucun égard aux menaces sérieuses pesant sur ce site d’intérêt écologique et biologique (SIBE). Un lieu présent dans la mémoire des dernières générations tangéroises, surtout pour ses aires de pique nique à l’ombre des arbres sylvestres.

Les convoitises ont commencé il y a quelques années avec l’annonce de construction de sites balnéaires d’intérêt touristique, par une paire d’importants groupes immobiliers de réputation internationale, respectueux de l’environnement, représentant d’importants investissements, création d’emplois…, et j’en passe.

Mais non loin de ces projets prestigieux, on commence à voir apparaître des îlots de plusieurs hectares destinés à l’habitat social, poussant comme des champignons et mettant en péril sérieusement aussi bien l’avenir desdits projets touristiques que celui de la forêt.

Une forêt qui, outre son importance environnementale, fait partie de cette mémoire collective de Tanger que l’on s’acharne à effacer. Qui ne se souvient pas y avoir pique-niqué ne fut ce qu’une fois dans sa vie, probablement à l’occasion d’un premier mai ?

Les communes rurales concernées ne font pas le poids, lorsqu’elles ne sont pas complices d’une manière ou d’une autre de ce massacre. La responsabilité de l’autorité locale, représentée par le Wali de la région Mohamed Hassad ne fait aucun doute, car qui a le pouvoir de dérogation ?

Les mauvaises langues parlent de gros intérêts en jeu.

Les élus sont préoccupés par les politicailleries de tous les jours, avec un petit cadeau inattendu, des élections partielles pour renouveler cinq sièges à la deuxième chambre. Alléchant pour pas mal de ces énergumènes de politicards qui ont donc d’autres chats à fouetter que de protester contre la mise à mort d’une forêt.

Les associations ? Parlons- en! La plus importante, sensée être en première ligne dans ce genre d’affaires, «Al Boughaz» pour ne pas la nommer, se contente d’organiser son excursion annuelle à la petite forêt de Perdicaris à Rmilat, sauvée de justesse grâce à un accord entre les conseils régionaux de Tanger et de Marseille (PACA), ou encore de servir de guide aux délégations étrangères sur recommandations de la wilaya.

La presse, diriez-vous. Quelques opérations de publicité et on a vite fait de la museler, comme d’habitude.

Comme par hasard, il y a cinq étés, un étrange incendie ravage près de 60 hectares, alors que Tanger était en train de se convertir en la Mecque, des Groupes promoteurs de l’habitat social, qui affluent de toutes parts, du Maroc et de l’étranger. La suspicion est légitime car il y a eu précédents.

ABDEL ILAH ABBAD
http://www.lejournaldetanger.com/article.php?a=3026

Admin
Admin

Masculino
Nombre de messages : 961
Age : 67
Localisation : Paris de la Francia
Date d'inscription : 28/03/2008

Ver perfil de usuario http://tanger.forum-actif.net

Volver arriba Ir abajo

Ver el tema anterior Ver el tema siguiente Volver arriba

- Temas similares

 
Permisos de este foro:
No puedes responder a temas en este foro.