Les rencontres «Cinéastes et critiques 2009»

Ver el tema anterior Ver el tema siguiente Ir abajo

Re: Les rencontres «Cinéastes et critiques 2009»

Mensaje por rigallor el Vie 21 Ago - 8:16

Admin escribió:Un poco tristona la pelicula de Juanita no te parece ?

Hay que leer la novela......Rolling Eyes

rigallor
Admin

Masculino
Nombre de messages : 83
Age : 63
Localisation : Alicante / Pontevedra
Date d'inscription : 29/03/2008

Ver perfil de usuario http://siempretanger.niceboard.com

Volver arriba Ir abajo

Re: Les rencontres «Cinéastes et critiques 2009»

Mensaje por Admin el Jue 20 Ago - 23:13

Un poco tristona la pelicula de Juanita no te parece ?

Admin
Admin

Masculino
Nombre de messages : 961
Age : 67
Localisation : Paris de la Francia
Date d'inscription : 28/03/2008

Ver perfil de usuario http://tanger.forum-actif.net

Volver arriba Ir abajo

Les rencontres «Cinéastes et critiques 2009»

Mensaje por Merce el Mar 18 Ago - 18:46

Les rencontres «Cinéastes et critiques 2009»
consacrées à l’œuvre de la réalisatrice, scénariste et pionnière du cinéma marocain, la Tangéroise FARIDA BELYAZID Cinémathèque de Tanger, les 25 et 26 septembre 2009

<table border=0 cellSpacing=0 cellPadding=0 width=250 align=right><tr><td bgColor=#000000></TD></TR></TABLE>Dans le cadre des rencontres périodiques entre les cinéastes et les critiques autour des œuvres des cinéastes nationaux, l’Association marocaine de critiques de cinéma et la revue Ciné.ma organisent, les 25 et 26 septembre 2009 à la Cinémathèque de Tanger, les rencontres «Cinéastes et critiques 2009» consacrées cette année à l’œuvre de la réalisatrice, scénariste, productrice et pionnière du cinéma marocain, la Tangéroise Farida Belyazid.

«Je suis une femme qui a accompli ses 60 ans, mère de deux filles et d’un garçon. Je suis aussi grand- mère de trois petits-enfants et je vis actuellement à Tanger. J’ai vécu 10 ans à Paris la ville où j’ai obtenu une licence en Lettres modernes à l’Université de Paris VIII avant de poursuivre mes études de cinéma à l’École supérieure des études cinématographiques de Paris (ESEC) d’où je suis sortie diplômée en 1976.À cette période, j’ai réalisé des téléfilms et documentaires à Paris, notamment mon premier documentaire «Identité de femmes » en 1980, pour la chaîne française FR3. C’était aussi une période marquée par ma collaboration avec le réalisateur Jilali Farhati dans le téléfilm «Une brèche dans le mur» en 1978. Finalement, je suis retournée à mon pays ce qui fut un choix et non une obligation. J’aime bien réaliser tout ce qui est purement marocain».
C’est en ces quelques phrases que la Grande Dame du cinéma marocain, Farida Belyazid, résume pour la presse, en grande modestie, sa vie de femme et de cinéaste. Modestie, c’est en effet le mot, quand on connaît la longue carrière et l’imposant palmarès cinématographique de cette réalisatrice, scénariste, productrice, et de surcroît journaliste, née le10 mars 1948 à Tanger.
De retour au Maroc, à la fin des années 70, avec son diplôme de l’ESEC en poche, elle met en scène une série de films dont : «Identité de femme» (1979) ; «Une porte sur le ciel»l (1988) ; «Sur la terrasse» (1995) ; «Casablanca Casablanca» (2003) ; « Juanita de Tanger», et «La chienne de vie de Juanita Narboni» (2005) qui lui a valu le prix du scénario au Festival international du film de Salé. Ceci en plus de télé-films tels que : «Nia taghleb » (2000) et « El Boukma » (2001), ainsi que des documentaires réalisés pour le compte de la deuxième chaîne de télévision marocaine 2M dont : « Aminata Traoré, une femme du Sahel » (1993) et « Contrabando » (1994).
En tant que scénariste, Farida Belyazid a écrit : « Poupées de roseaux » (1979) et «A la recherche du mari de ma femme » (1992), pour le film à grand succès de Mohamed Abderrahman Tazi.
Comme scénariste et réalisatrice, elle a livré : «Bab Sama Maftouh», «Cinq films pour cent ans» ; « Ruses de femmes (Kaïd Ensa)» (1999) et «Les Puissants de Casablanca».
En tant que productrice à la tête d’une maison de production fondée en 1991 sous le nom de «Tingitania Films», la cinéaste tangéroise Farida Belyazid a produit le film «Une brèche dans le mur ».?
Enfin, Mme Belyazid est également une journaliste qui a participé aux publications «Le Libéral», «El Mundo», «Autrement» et «Kantara». « Je ne suis pas vraiment journaliste », estime cependant Mme Belyazid qui, à son retour au Maroc, avait pourtant également collaboré en tant que chroniqueuse dans diverses rubriques, avec plusieurs organes de presse comme «Al Maghreb», «Le message de la Nation», et «Le libéral».
A propos de son réputé long métrage «Juanita de Tanger» primé à plusieurs occasions, la réalisatrice raconte qu’elle avait rencontré, il y a une trentaine d’années déjà, à Tanger, l’auteur Angel Basquez qui lui avait offert son roman. «L’histoire se passe à Tanger. C’est pour cela que je l’ai aimée », indique-t-elle.
Le rôle principal de «Juanita de Tanger» est magistralement tenu par l’actrice espagnole Maruena Fuentes qui incarne une Espagnole installée à Tanger depuis sa tendre enfance et qui tombe amoureuse de cette ville. Elle ne veut plus la quitter et espère y mourir.
Se tournant vers l’avenir, la cinéaste tangéroise nous annonce du nouveau, «mais c’est un peu loin», dira-t-elle. Il s’agit d’un téléfilm sur la société marocaine intitulé «Un secret dans la famille», et un autre projet en 30 épisodes inspirés du Malhoun, avec la SNRT en collaboration avec Abdelhadi Houdayfa.

M. ABOUABDILLAH

Merce

Femenino
Nombre de messages : 537
Age : 71
Localisation : Perth Australia
Date d'inscription : 29/03/2008

Ver perfil de usuario

Volver arriba Ir abajo

Re: Les rencontres «Cinéastes et critiques 2009»

Mensaje por Contenido patrocinado Hoy a las 5:43


Contenido patrocinado


Volver arriba Ir abajo

Ver el tema anterior Ver el tema siguiente Volver arriba

- Temas similares

 
Permisos de este foro:
No puedes responder a temas en este foro.